Le mot de Marie BAT

Maire de Bages

#

C’est toujours un moment important que de m’adresser à vous tous au nom de l’ensemble des élus du Conseil Municipal.

En ce début d’été - que la météo a tardé à annoncer - nous avons tous à cœur de réussir les animations sur notre commune. Cette année à nouveau les élus- chacun dans sa délégation particulière - avec les associations, les Jardins de Bages et le Portanel, participent à une programmation variée pour l’ensemble des publics.
C’est un journal communal d’information où vous sont présentés l’ensemble des décisions budgétaires, les principales délibérations, les travaux réalisés sur la commune, le fonctionnement des équipements municipaux (centre de loisirs, cantine garderie, périscolaire, médiathèque, foyers , Maison des Arts et mairie avec les techniques et le secrétariat).

Nous avons pris la décision de recruter un responsable sécurité - à l’unanimité des votes en Conseil Municipal - afin de régulariser les comportements récurrents d’incivilité et si besoin de les verbaliser.

Notre commune de moins de 1000 habitants, avec ses entités éloignées (les Pesquis, Prat de Cest, Estarac, La Plaine et le bourg de Bages), ne peut bénéficier de subventions exceptionnelles malgré ce particularisme qui engendre des dépenses supplémentaires. Nous défendons nos projets mais les dotations de l’état se raréfient et les autres collectivités complexifient les dossiers. Nous parvenons à mobiliser des financements de la Communauté d’agglomération du Grand Narbonne, du Conseil Départemental, et sur la rénovation de la fontaine du Conseil régional pour répondre aux exigences de l’Architecte des Bâtiments de France (ABF).

Notre engagement pour l’environnement ne se limite pas à protéger nos privilèges ici et maintenant. Nous posons une réflexion contradictoire : nous sommes tous favorables à la dématérialisation car il faut arrêter la déforestation ; mais les solutions qui paraissent idéales ne le sont pas toujours, et le secteur de l’information et de la communication (le haut débit tant voulu) produit 50% de plus de gaz à effet de serre que le transport aérien…

Nous sommes également engagés dans la transition énergétique et écologique (éoliennes, photovoltaïques, voitures électriques, etc.). Ces énergies vertes recèlent une part d’ombre : en effet les métaux rares nécessaires sont extraits à bas coût dans des pays peu « soucieux » des questions de pollution et de santé. Faudra-t-il les exploiter chez nous à coût bien plus élevé ? Les pays nantis - dont nous faisons partie - poursuivent une nouvelle forme d’exploitation économique d’autres pays. Essayons d’avoir conscience que nous vivons sur une seule et même planète, restons tout simplement humains. Je reprends la réflexion d’un expert français, C. Thomas, optimiste et plein de bon sens : « Nous n’avons pas de problèmes de matière ; nous n’avons que des problèmes de matière grise ».

Comme suggéré dans tous mes éditoriaux, c’est par le savoir, la culture, la diversité des lectures et des connaissances, les arts, la créativité, une politique éducative ambitieuse et le respect de l’autre que nous avancerons sereinement. Car « on ne résout pas un problème avec les modes de pensée qui l’ont engendré » (A. Einstein).

Bonne lecture , bel été à tous! Avec des échanges possibles de vive voix au hasard des manifestations de l’été…


Votre Maire, Marie BAT

(Édito du bulletin Lo Bageot n°50 - Été 2018)