Le mot de Marie BAT

Maire de Bages

#

En cette période de fêtes de fin et de nouvelle année ce n’est pas un nouveau monde qui se présente mais la continuité du monde à construire autrement en tenant compte du réchauffement climatique et des difficultés sociales que rencontrent un grand nombre de citoyens.

Les évènements climatiques sur notre département, ces inondations importantes vécues par 28 000 foyers, nous interpellent sur les causes, bien entendu, liées à notre développement économique planétaire.

Ils nous interrogent aussi sur comment nous y préparer, les appréhender et sécuriser la population.

Ainsi l’ensemble des élus, du personnel administratif, des employés techniques ont repris le Plan Communal de Sauvegarde. En effet, sur un temps de simulation la cellule de crise que je pilote à répertorié les actions prioritaires à mener, les populations à prévenir, voire évacuer, les lieux d’hébergement à ouvrir… chaque participant a mesuré l’importance de cet exercice et de sa place pour secourir au mieux en cas de risque majeur.

Il va de soi que les besoins des 128 communes audoises privées de routes, de stations d’épuration, d’équipements scolaires… engagent notre solidarité en reportant des projets à subventions départementales et régionales, car l’urgence est ailleurs pour 2019.

Les membres du Comité Communal des Feux et Forêts et les employés municipaux qui se sont rendus à Trèbes et à Raissac au lendemain des inondations peuvent témoigner de l’importance des dégâts et de la lente reconstruction des foyers détruits.

Les difficultés de logement et de pouvoir d’achat ont également conduit «les gilets jaunes » à occuper les ronds-points tout proches.

Le gilet jaune rend visible. C’est le costume du travailleur qui ne porte pas de cravate, qui signale sa présence sur les chantiers ou dans les rues : le maçon, le balayeur ou l’employé de voirie… Ils veulent améliorer leur vie quotidienne, vaincre la précarité et le chômage. C’est la générosité de départ pour plus de dignité et d’humanité, avec spontanément une réelle présence des femmes.

La suite montre qu’il ne faut pas se tromper d’adversaires et par les blocages mettre en péril d’autres travailleurs modestes. Il vaut mieux ne pas transformer la colère en violence car celle-ci entraîne une autre violence pour sécuriser les équipements et la population : c’est l’engrenage de la peur et de la perte de crédibilité des revendications légitimes.

À notre niveau communal les logements à loyers modérés proposés, l’organisation à bas prix modulée en fonction des revenus de la cantine et du périscolaire, le soutien à l’épicerie sur la place du village, l’accès à la culture gratuit à l’école et à la Maison des Arts, la création de l’Agence Postale Communale, le soutien dès que possible aux pêcheurs, aux viticulteurs, l’organisation de fêtes réunissant tous les Bageots de souche et d’adoption autour des associations, montrent notre volonté de « Faire Ensemble ».

Pour des services de proximité que portent nos employés avec compétence et motivation,

pour une vitalité de manifestation que portent les bénévoles des associations sur la Commune,

pour la qualité de vie que portent les élus à travers la concrétisation des projets,

restons confiants afin de trouver un compromis souhaitable au niveau communal et au niveau national, entre ouverture et protection…

Votre Maire, Marie BAT

(Édito du bulletin Lo Bageot n°51 - Hiver 2018-2019)